N’hésite pas à chercher TES chemins de vie, il n’y en a pas qu’un SEUL.

Actuellement en Thaïlande, j’ai pu échanger avec une Argentine qui a fait une partie de ses études en France et un Américain ayant travaillé en France. Leur vision de la France, compte tenu de leurs expériences respectives, est riche en enseignement. L’échange avec les autres voyageurs venant de tous horizons est pour moi la meilleure façon de m’ouvrir au monde. C’est majoritairement ce que je préfère dans le voyage. Je rencontre donc cette jeune femme de 32 ans qui m’avoue ne pas avoir aimé faire ses études en France. Elle n’a jamais compris pourquoi, elle devait absolument choisir une direction précise pour faire ses études sans pouvoir changer en cours de route. Elle ne savait pas ce qu’elle voulait faire et pourtant elle se sentait obligée de faire un choix. Selon elle, le système scolaire Français est très rigide et ne laisse pas la place à la prise en compte de l’humain et de ses indécisions. Apparemment en Argentine, le système éducatif est plus souple. Moins centré sur les examens ou le résultat final et la prise en compte de l’ humain est présente tout au long de la scolarité. Il est facile de changer de direction en cours de scolarité. Là-bas on part du postulat que les envies, les besoins des gens changent et qu’il est possible de ne pas être épanoui dans le même type de travail toute sa vie. Elle a commencé à étudier dans le but de devenir professeur des écoles, puis elle a ensuite fait des études d’architecture et souhaite encore changer aujourd’hui. Elle n’a aucune difficulté à entreprendre de nouvelle expérience car elle a vécu dans un environnement stimulant pour ça, faut-il encore qu’elle trouve ce qu’elle veut vraiment faire.

Ensuite, je rencontre cet Américain qui est coach sportif et intervient dans plein de pays. Il reste quelques mois dans un pays puis change quand il en a marre. Il a créé son site internet et il est totalement libre et indépendant. En discutant de mon projet personnel avec lui, il s’enthousiasme et m’encourage au maximum. N’étant pas vraiment sûre de pouvoir le mener à terme, je commence à lui parler de tout ce qui pourrait me freiner. Il m’a stoppé directe en évoquant le fait qu’en France les gens sont défaitistes en général. Tu arrives avec un projet, une idée en tête et la première chose qu’on va aborder c’est les raisons pour lesquelles ton projet ne pourrait pas aboutir. Comment après avoir vu toutes les possibilités d’échecs, tu pourrais trouver le courage d’en dégager les éléments positifs? Tu ne peux pas attirer du positif quand tu restes focus sur le négatif. Psychologiquement, ta motivation ne sera pas la même selon la réaction de ton entourage. Je l’ai bien vu, mon projet prenait facilement forme et me semblait réalisable après l’échange avec l’Américain. Pourquoi ? Parce qu’il y croyait, il était stimulant.

Ne laisse pas l’extérieur t’influencer négativement

Tu as le POUVOIR de décider de ce que tu veux faire de ta vie. Nous avons tous en nous ce projet qui nous fait rêver et qu’on croit impossible. Tu sais, ce petit projet que tu as en tête, cette éventuelle envie de reconversion, de voyage, de changer de vie dans lequel tu te projettes facilement. Malheureusement, souvent, ce projet ne prend forme que dans ta tête et reste parfois un rêve inachevé ou plutôt, je dirais, une route inexploitée. « Peut-on juste vivre avec ça ?» Il n’y a rien d’épanouissant dans le fait de ne pas vivre tes envies, de ne pas suivre ce qui te fait vibrer . Il n’y a rien d’épanouissant à rêver sa vie plutôt que de la vivre. Il n’y a rien d’épanouissant à se dire constamment « j’aimerais faire ça », « je me verrais bien faire ça » et ne JAMAIS passer à l’action. Et le pire, je pense, c’est de rester sans agir, spectateur de la vie des autres, des réussites des autres et de ressentir de l’envie. Le sentiment d’envie, l’un des pires sentiments que tu puisses ressentir, et qui empoisonne ton esprit et ton corps de souffrance. Un jour, tu vas te réveiller en ayant l’impression de ne pas avoir vécu pour toi.

Je suis persuadée d’une chose : nous croyons avoir peur de la mort en tant que telle et cela en fait un sujet tabou dans notre société. Or, c’est une finalité que nous connaissons tous. En réalité, je pense que ce n’est pas la mort qui nous fait peur. Nous avons peur de nous retrouver sur notre lit de mort et de réaliser amèrement qu’on n’a pas réalisé ses rêves. Il y a tellement de choses à faire dans une vie. Je rencontre tellement de gens plus innovants les uns que les autres. Des gens qui osent et qui sont totalement heureux. Les gens les plus heureux que je rencontre sont ceux qui ont un jour osés suivre leur cœur et qui se sont vraiment posés la question de savoir ce qu’ils voulaient vraiment dans la vie. Les gens heureux, sont ceux qui ont cru en eux, en leur projet, leur envie, et qui se sont bougés pour arriver à leurs fins. Il n’y a rien que tu ne puisses pas faire, si tu donnes le meilleur de toi-même .

Sois plus fort que tes excuses

Tu te trouveras toujours des excuses mais quand le doute s’installe pose-toi cette question :« Est ce que dans exactement la même situation, d’autres personnes y arrivent ? » Si elles le peuvent, toi aussi, tu le peux. Tout projet à son importance à partir du moment où tu sens que c’est bon pour toi, que c’est la bonne direction à prendre dans ta vie. Je voyage depuis 6 mois et dans 6 mois je rentre en France sans savoir encore ce que je vais faire, mais je n’ai pas peur. La vie se vit maintenant, je verrais plus tard au moment venue. Mon frère m’a appelé il y a 2 mois et m’a annoncé qu’il avait quitté son travail. Enthousiaste, il évoque son projet d’ouvrir un food truk avec un nouveau concept sur Bordeaux. L’entendre me parler de ce projet le rend tellement heureux, je l’entends à sa voix. Je ne peux que l’encourager et l’aider dans sa démarche. La meilleure façon de contrer les gens qui ne croit pas en toi, c’est justement de montrer que tu as toute confiance à ton projet. Souvent, les gens le sentent et parfois rien que ce comportement plein d’entrain peut t’ouvrir des portes.

Ne laisse pas la peur prendre les décisions à ta place

« Je suis d’accord avec toi mais imagine que je me lance et que mon projet soit un échec . » Et voilà, c’est exactement ce que je viens de te dire. Pourquoi toujours te concentrer en premier sur le négatif sous prétexte que tu es guidé par tes peurs infondées. Pourquoi ne pas plutôt me dire : « je suis d’accord avec toi, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas mener à bien mon projet » Tes peurs sont là pour te limiter. C’est ton mental qui va trouver toutes les excuses possibles pour te faire prendre une autre direction que celle que tu veux réellement prendre. Pourtant, comme en Argentine, il est totalement normal, à un moment donné de sa vie, d’avoir envie d’autre chose. Il est normal que la route empruntée par le passé puisse ne plus te correspondre. Il n’y a rien de bizarre à cela. Ce qui est étrange, c’est de ne pas s’écouter et d’essayer de mener à bien un projet qui te tiens à cœur. Tu ne pourras jamais savoir si tu n’essayes pas. Alors, entoure-toi des personnes aussi stimulantes que cet Américain évoqué plus haut, crois en ton projet et fonce. Il n’y a pas d’échec, juste des expériences à vivre. La vie est faite d’expérience.

Fais ce petit exercice : J’ai proposé cet exercice a une jeune femme qui voulait tout plaquer pour faire un PVT en Nouvelle-Zélande mais elle n’osait pas. Tu sais où elle est actuellement ? En Nouvelle-Zélande. Je n’ai rien à ajouter.

Sur une feuille de papier , écris une liste de ce que tu as envie de faire maintenant, tout de suite. Ensuite pour chaque élément évoqué, tu listes dans une colonne à côté, ce que tu dois faire pour mener à bien ces projets. Sur une troisième colonne fait la liste de tes projets par priorité.

Un exemple à titre indicatif pour t’aider.

Ce que je veux
maintenant.

1)Manger.

2) Partir en Nouvelle- Zélande.

3)

Ce que je dois faire pour obtenir ce que je veux .

 1) Sortir commander à manger ou cuisiner.

2)Faire une demande de PVT .

 

Liste des priorités dans l’ordre des actions à mener.

1)Manger ce que j’ai acheté ou cuisiné.

2) Remplir le formulaire sur internet pour demander un PVT.

3)Lâcher mon appartement, mon travail une fois la validation du PVT.

Je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais.

Xavier Dolan