Je dis souvent que la vie est simple et que c’est nous qui la rendons compliquée à trop s’accrocher aux choses, aux personnes et à ce qui a été et qui n’est plus.

Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était, et aie confiance en ce qui sera.

Bouddha

Nous sommes nombreux à avoir du mal à accepter les séparations, les fins et les changements trop brutaux. Ce qui fait de nous, des personnes qui n’arrivent pas à aller de l’avant facilement et à tourner la page, surtout lorsqu’on a vraiment aimé une personne, quelle qu’elle soit : Amoureux, ami, etc.

Nous devenons nostalgiques d’un passé révolu.

Il est difficile pour nous de comprendre cette capacité qu’on certaines personnes d’aimer quelqu’un, puis de le désaimer par la suite. De tourner la page rapidement sur des années de partage, d’amour, de complicité et de souvenirs. Comme s’ils effaçaient l’ardoise de leur passé avec une simple éponge. On met énormément de temps à construire une relation solide et confiante, et certaines personnes arrivent d’un simple revers de main, à détruire tout cela.
Le voyage m’a permis de rencontrer un tas de gens, de différents horizons et de passer cinq minutes, trois heures ou des semaines avec eux en toute simplicité, puis d’être amené à les quitter pour poursuivre ma route. J’ai compris que ce n’était pas le temps que je passais avec telle ou telle personne qui importait, mais l’intensité du moment vécu. Ce moment qui ne se répétera jamais.
Par le passé, il m’arrivait souvent de ne pas être toujours là à 100% dans l’instant présent, préoccupé par mes pensées ou mes souffrances. Naïvement, je croyais que les moments vécus se répéteraient toujours et que j’avais le temps. Cela t’est arrivé n’est-ce pas?

Malheureux est celui qui est hanté par le passé, toujours effrayé du futur, et qui néglige le moment présent. Talal Ghosn

Lorsqu’on comprend que tout ce que nous vivons est éphémère et qu’un jour les choses changeront, on réalise qu’il faut investir l’instant présent de tout son saoul. Et surtout, on se prépare à laisser les choses s’en aller vers leur fin. Combien de moments as-tu manqués ? Combien d’instants as-tu gâchés parce que tu étais trop préoccupé par une relation qui a pris fin ? Ou par un souci ? Combien de rencontres as-tu gâchées parce que tu vivais encore dans l’ombre d’un ex ou d’un ami ?

Je crois sincèrement que lorsqu’une relation prend fin, qu’importe la forme qu’elle revêt : Séparation, éloignement, mort, etc. C’est qu’elle suivait son cheminement normal. Elle était destinée à prendre fin.
La vie est comme un voyage en train, certaines personnes commencent le voyage avec toi et d’autres montent à mi-chemin, et beaucoup descendent en cours de route et rares sont ceux qui restent près de toi jusqu’à destination finale. Mais, chacun des passagers du train de ta vie va t’apporter quelque chose au cours de ce grand voyage qu’est la vie. Apprends à dire au revoir à ceux qui descendront à la prochaine station. Alors, baisse les fenêtres et profite du voyage, tu ne sais pas quand arrivera ton arrêt.

Il n’y a jamais de toujours, dans aucune relation. Par nature, elles sont éphémères et sont amenées à prendre fin. La seule chose que tu maîtrises est ta manière de réagir à leur fin, soit tu résistes créant ainsi beaucoup de souffrance, soit tu apprends à surfer sur la vague du changement et à accepter ce qui doit s’en aller.
T’accrocher à quelque chose qui n’existe plus, ou tenter de le ranimer est une perte de temps précieux. Or, ton temps est limité. Par cet acte de désespoir, tu empêches ta vie de suivre son cours.

Paulo Coelho disait : il est tellement important de laisser certaines choses disparaître. De s’en défaire, de s’en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N’attendez pas que l’on vous rende quelque chose, n’attendez pas que l’on comprenne votre amour. Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui précède n’a plus sa place dans votre vie. Faites le ménage, secouez la Poussière, fermez la porte, changez de disque. Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes.

Que peux-tu faire? Il faut apprendre à lâcher prise et accepter que la vie n’est pas là pour te faire du mal. Non, tu n’es pas sa target favorite et elle ne s’acharne pas sur toi. La loi de la vie veut que tout ce qui existe soit amené à disparaître, à changer. Ne crois-tu pas que tu nages à contre-courant en refusant d’accepter cette simple loi? Plus tu résisteras, et refuseras d’aller de l’avant, de tourner la page, plus tu te feras du mal et tu resteras coincé dans un passé qui n’existe pas.  Oui, tu as peut-être perdu ta mère trop tôt et c’est une grande souffrance ou tu as été largué par ton ex d’une manière horrible, ou bien un ami cher, ta tourné le dos.

Tu as trois possibilités :

-Tenter d’arranger les choses quand c’est possible. 

-Résister et souffrir plusieurs mois voir années de cette perte. 

-Accepter et aller de l’avant malgré la douleur occasionnée. 

Aussi douloureux que soient les événements de ta vie, tu maîtrises toujours la manière de les appréhender et d’y faire face. Tu peux laisser une épreuve diriger le reste de ta vie, te contrôler  et t’empêcher de vivre de nouvelles choses, ou bien accepter cette souffrance et l’utiliser comme un tremplin pour un nouveau changement. On oublie jamais, mais on peut vivre avec.

Aussi étroit que soit le chemin,

Bien qu’on m’accuse et qu’on me blâme :

Je suis maître de mon destin ;

Et capitaine de mon âme.

Invictus, William Ernest Henley

Lire d'autres articles parlant de