Ma vie est loin d’être un conte de fées. C’est celle d’une femme du 21ème siècles plutôt belle et bien gaulé dont on a farci la tête avec des mensonges. C’est la faute à cendrillon, à la belle et la bête et à la belle au bois dormant.Vous le savez, la vie peut être extraordinaire ou carrément merdique mais en aucun cas un conte de fées. Par chance quelqu’un a inventé le mascara waterproof pour les périodes de déluge sentimental et les romans à l’eau de rose pour les moments de dépression sous la couette. J’ai longtemps bêtement rêvé devant les comédies sentimentales aux happy ends de merlan frit.

Un jour, mon prince viendra… Blabla !

 Petite conversation entre filles : Les contes de fées nous ont bien eues

Que neni ! Bullshit !!! La majorité de ces romans sont écrits par des femmes en mal d’amour. Des femmes aux cœurs tendres et pleins de bons sentiments et nous pauvres jeunes femmes modernes, avant de découvrir le pot aux roses à coup de claques en pleine figure nous avalons ces sornettes dès le berceau. Un lavage de cerveau romantique. Sauf, que ces hommes décrit dans ces romans n’existent pas ou alors ils sont gays. Pensez-vous que Heathcliff des hauts de Hurlevent puisse exister dans la réalité ? Un vagabond à l’âme tourmentée et au physique d’Apollon ? On parle d’un Gitan quand même qui est devenu richissime et qui a su voler le cœur de deux femmes de sang noble au point de les rendre malades d’amour. Le Heathcliff version réalité ressemble plus à un rom, porte de Clignancourt qui une bière à la main, mastiquant un cure-dent et boitant cherche à gagner sa journée en mendiant. Ça vous dit toujours?

Qu’en est-il du fameux Mr Darcy d’Orgueil et Préjugé? Non, seulement c’est un salaud imbu de lui-même mais qui en plus ne s’est pas gêné pour dénigrer Elisabeth Bennett, ainsi que toute sa famille, les considérants comme inférieur à son rang social. Il a fini par tomber amoureux malgré lui d’une pauvre qu’il trouvait plutôt moche au début. Le must du must c’est quand même Edward Lewis alias Richard Gere dans « Pretty Woman » qui tombe amoureux d’une pute. Non mais sérieux ? Allo, t’es une fille et tu n’as pas compris?  C’est du niveau intellectuel de Nabila que de croire à ces conneries. Julia Roberts a beau avoir un sourire magnifique, elle ne ressemble pas à une pute du bois de Boulogne. On nous a filé le mauvais mode d’emploi. Demoiselle recherche un mec mortel…file N°1, Demoiselle en recherche d’un prince pas trop charmante queue n°2… Demoiselle en recherche d’un mec normal… Bip ! Bip.  Vous vous êtes trompé d’endroit, retour à la case de départ. C’est le monopoly de l’amour.

Bref, on s’est fait arnaquer ! Et même pas de remboursement possible. Non mais c’est vrai, qui a décidé d’inventer des dessins animés à dormir debout ? Avec une jolie fille mais pas trop belle quand même, un peu niaise et absolument sans défense face à une méchante sorcière qui veut sa mort. Bien sur, elle est si faible que pour la sauver des griffes du mal et de son destin funeste, il lui faut un prince charmant très beau sur son cheval blanc. La faute à Walt Disney.
Les dessins animés se terminent avec le baiser final mais personne ne va au-delà. Pourquoi ? Peut-être pour éviter de révéler que le prince charmant finira par tromper Cendrillon avec Blanche -Neige et qu’il proposera un plan à trois à la belle au bois dormant et qu’il sera chauve et grassouillet après 30 ans.

La vie n’est pas un conte de fées certes ! Alors, pourquoi tous ces mensonges ?

Les petites filles commencent leurs vies amoureuses avec des faux-semblants et passeront une grande partie de leur vie à rechercher le prince charmant de leur enfance, celui même décrit dans les contes de fées. Où est le mode d’emploi ? Pourtant, les mères connaissent la vérité: les chaussettes en boule sous le lit, les pieds croisés sous la table, la perte de désir sexuel, l’envie d’étouffer l’autre avec son oreiller pour l’empêcher de ronfler, les crises de jalousies paranoïaques et la routine assassine etc .

La liste est longue. Mais, elles ne révèlent pas cette vérité trop précieuse qui pourrait sauver des centaines de larmes et pousser les jeunes femmes à éviter les connards comme on évite une crotte de chien sur le trottoir. Pourquoi ? Je t’invite à appeler ta mère dans le quart d’heure qui suit pour lui poser cette question : pourquoi tu ne m’as pas dit plus tôt que le prince charmant était un mythe ? Sont-elles des conspiratrices à leur insu ?
Combien de fois après un échec amoureux, as-tu entendu cette phrase bateau qui te donne envie d’étrangler cet ami qui te veut du bien : Tu vas finir par trouver l’homme de ta vie, soit patiente ! Mais qu’est-ce que tu en sais nom d’un chien! Tiens-tu une correspondance avec le génie de la lampe d’Aladdin ? Ou Cupidon en personne? Vois-tu dans ta boule de cristal que je ne vais pas finir seule comme Nicole avec des chats ?

J’ai bien envie d’aller rendre visite à Perrault, aux frères Grimm et même à Andersen pour leur demander des comptes. Ces gentils messieurs nous ont lobotomisées et ont presque réussi à gâcher notre vie amoureuse avec des mensonges princiers.

Faisons un petit récapitulatif des salades inventées par Walt Disney. 

Cendrillon, la servante, qui ne l’a connaît pas. De souillon, elle est devenue Princesse. En gros, le mec le plus beau et le plus riche du royaume n’avait pas suffisamment de belles femmes nobles autour de lui pour faire son choix.  Il s’est mis à draguer les femmes de ménage. Ça fait très DSK tout ça non ?
Ariel, la sirène, une ondine, une beauté des océans. Encore une idiote qui s’est fait avoir. Elle a préférée perdre sa « queue » plus proéminente que celle de son prince, par amour. Et que dire d’Aurore, la belle au bois dormant, la meilleure de toute sans doute car il lui suffit de dormir pour « choper » le plus beau mec du royaume. En gros, soit belle, fait l’étoile de mer et tais-toi, le prince te trouveras même si après 100 ans de sommeil tu deviens une couguar.

Blanche-Neige, la plus idiote des princesses qui devient femme de ménage, cuisinière et blanchisseuse pour 7 nains et qui est très content de le faire gratuitement. L’opposé de Cendrillon en sommes. Qu’est qu’on est supposé comprendre . Qu’être la boniche pour des semis-hommes, même pas Hobbit nous amènera le grand amour?
Belle, cette dernière semble plus intelligente que les autres mais ne reste pas moins niaise. Elle rêve du grand amour avec un grand A, du Big Love comme Carrie Bradshaw dans Sex and The City. Elle nous ressemble car elle est moderne. Elle refuse de se faire avoir par le gros relou. Elle veut un homme, un vrai, un Vincent Cassel quoi !
Mais, malgré son intelligence, elle se fait attraper par un gros moche, poilu en plus mais pas Hipster. D’ordinaire, on nous apprend que les moches sont gentils pour compenser mais manque de chance, celui-là est méchant, peut-être parce qu’il est riche. Au début, Belle, dit non! Elle ne veut pas de ce gros poilu dans son lit. Mais, ce qui compte c’est la beauté intérieure n’est ce pas ? Alors, Belle comme elle est intelligente, elle réfléchit et elle se dit que vu que son prétendant est moche, il n’ira pas voir ailleurs. Elle devrait peut-être lui donner une chance s’est-on jamais.

Comme par magie, le gros méchant tout poilu devient gentil comme un toutou. Qu’est-ce que ne feraient pas les hommes pour avoir la plus belle des belles ! Bam ! Elle se fait avoir du coup et tombe amoureuse du monstre. Et comme l’amour rend aveugle, de monstre son prince charmant devient beau. C’est comme si tu prenais Ribery pour Brad Pitt en sommes. Heureusement, les copines sont là pour nous sauver.

Après la lobotomisation enfantine, on en remet une couche à l’adolescence. 

Et comme si les contes de fées ne suffisaient pas, on nous remet une couche à l’adolescence avec le phénomène des bits-lit et des films qui suivirent. Qui n’a pas déjà bavé devant Edward Cullen ou Jacob Black ? La fameuse question, tu préfères qui ? Édouard ou Jacob ? Sérieusement pensez-vous que ce type de mecs existe dans la réalité ? L’un doit passer sa journée à faire de la musculation et l’autre à déprimer en jouant du piano. Tous deux amoureux d’une fille banale, sans personnalité, chiante et dépressive en plus, qui se mord la lèvre H24 et au style vestimentaire très douteux. Soit ces mecs ont un pois chiche à la place du cerveau, soit ils sont la rêverie d’une bonne femme au foyer quarantenaire insatisfaite au lit. Sérieusement les filles, imaginez que nous faisons ce genre de « Movie » version mec. Non, je ne parle pas d’un film porno. Installe-toi confortablement et ferme les yeux (Enfin, de manière abstraite) et imagine la version mec de Twilight écrite pour mettre popol au garde-à-vous ;

Nous sommes dans un lycée minable d’une ville tout aussi minable des USA (le pays du dream paraît-il), dans une cafétéria une bombe version avion de chasse dernière génération passe la porte, sa crinière flottant au vent, sa poitrine généreuse se balançant légèrement de haut en bas à chacun de ses pas tandis que son déhanché révèle une paire de fesses à tomber par terre ( merci les squats) et à faire redresser un pénis en moins d’une seconde. Son regard de biche hypnotique, s’attarde un instant sur un jeune homme maigrichon d’1 mètre 60 vêtus d’un jogging des années 90, aux cheveux gras et au visage banal recouvert de boutons d’acné. Elle lui sourit de sa bouche pulpeuse et s’avance vers lui de sa démarche féline perchée sur les « Pigale » de Louboutin. Sa robe rouge moulante révèle un corps parfait, sans défaut.

« Salut, ça te dit qu’on aille b….. comme des bêtes tout de suite ? » Lance-t-elle au garçon boutonneux

Alors, tu y crois? Pourtant, cette version mec de Twilight est aussi réelle que la version fille. Dans la réalité ni Édouard, ni Jacob n’aurait posé un seul instant leurs yeux sur une fille comme Bella. Ce genre de mec ne voit pas la « beauté intérieur »
Tu me détestes à présent, n’est ce pas ? Je viens de détruire une illusion de toute une vie mais uniquement pour ton bien. J’ai été longtemps comme toi, une jeune fille « Fleur bleue » qui a ingurgité une quantité de connerie. Du coup, je ne suis sortie qu’avec des mecs qui n’avaient que l’apparence du prince charmant mais en aucun cas ses attributs intérieurs.

A présent entrons dans  le vif du sujet et parlons femme. Qui est la femme d’aujourd’hui ? Un monstre bicéphale feministe ?

La femme : Ce deuxième sexe.

Je parierai bien volontiers qu’un de tes ex ou même ton homme actuel t’a dit un jour cette phrase : « eh, tu ne serais pas un peu féministe sur les bords toi ?» Pan, pan ! Phrase qui tue tel un révolver.

Cette formule a quelque chose qui sonne comme un glas. C’est bien connu, les féministes c’est très mal vue par la gent masculine. Ils craignent les castratrices, ces êtres mi-hommes, mi-femme prêtent à leur voler tous leurs privilèges de mâles dominants et à porter la culotte. Pourtant, depuis le temps des suffragettes et de leurs soutiens-gorges brandit, le féminisme a évolué et revêtu différents visages. (Eh oui, le féminisme à ses propres sectes aussi). Les femmes d’aujourd’hui, ne sont plus les suffragettes du ça passe ou ça casse. Elles ne souhaitent plus priver les hommes de leur organe favori. Nous sommes des femmes plus ouvertes, prêtes aux compromis, qui mènent d’une main de maître une carrière et une vie de famille. Pourtant, une femme qui rit trop fort, qui marche comme un bonhomme avec ses Louboutin et ose dire :

« J’ai envie de toi » « Je veux ce poste » « Je ne veux pas d’enfants » déroute encore ces messieurs en les poussant à se demander s’il n’y a pas un fameux troisième sexe. Il s’agit d’une femme moderne, forte et courageuse capable de regarder des films de « Gonzesse » en s’enfilant le pot de Nutella en moins d’une heure mais capable de lire et comprendre la revue « The economist » en anglais of course. Son rôle dans la vie n’est pas juste de plaire aux hommes et de se soumettre pour ne pas froisser la virilité de sa moitié. Et cette femme là ne croit pas aux contes de fées, car elle sait que l’homme idéal n’existe pas.

Alors pense-y, le prince charmant est un connard parce qu’il n’existe PAS.