Vous êtes ce que vous faites, avec répétions. Aristote

Le seul moyen pour arriver à tes buts, quels qu’ils soient est d’accepter que la souffrance fasse partie du processus. En tant qu’être humain nous répondons à deux schémas simples dans tous ce que nous entreprenons : La recherche du plaisir et l’évitement de la douleur.

Très tôt dans ma vie, j’ai compris que j’étais faible et vulnérable face à la vie. Qu’elle serait plus forte que moi quoique je fasse. Alors, il fallait que je trouve une solution pour résister face aux coups qu’elle me donnait, face aux épreuves que je traversais.
Personne ne m’a jamais vraiment aidé dans ma vie ou ne s’est apitoyé sur mon sort et je crois que c’est ce qui pouvait m’arriver de mieux. Je ne voulais pas être quelqu’un de faible parce qu’une personne faible ne peut pas aider les autres.

Je devais trouver une solution pour ne pas être une ratée, pour devenir la femme que je voulais être, pour ne pas subir une vie dont je ne voulais pas.
Alors j’ai compris que si je voulais avancer dans ma vie, si je voulais m’élever plus haut, je devais accepter de souffrir. Il fallait que je devienne la personne la plus tenace, la plus forte que je connaisse. Cette personne capable de verser des larmes sur un ring de boxe, mais qui ne s’arrête pas pour autant de combattre. J’avais cette image de femme forte que je voulais devenir, mais j’étais encore trop faible, trop vulnérable pour affronter la vie et j’étais souvent paralysé par la peur de vivre.
Durant des années, je me suis regardée dans la glace et je me promettais de vaincre mon ennemi intérieur.

Je ne blâmerais jamais la vie pour toutes les épreuves qu’elle m’a envoyées, car grâce à ses épreuves je suis devenue plus forte.

Je savais aussi que j’étais la seule personne capable de m’obliger à faire des choses qui m’effrayait, à me pousser toujours plus loin. J’acceptais de subir tout ce que la vie m’envoyait et même si c’était horrible à vivre, je savais qu’une fois l’épreuve assimilée et comprise, je serais une meilleure personne. Et lorsque la vie ne me testait pas, je me poussais de moi-même, je cherchais la moindre de mes failles et j’allais affronter ma peur en direct. Il fallait que je regarde cette peur en face pour la vaincre.

Je pratique le sport depuis 2011 de manière soutenue (6h de sport par semaine) et j’ai pris goût à sculpter mon corps, à le façonner à mon image. Je n’ai presque jamais manqué une seule séance de sport hebdomadaire et il m’arrivait d’y aller alors que j’étais malade avec de la fièvre et même avec la cheville légèrement foulée. Lorsque j’ai voyagé sur plusieurs mois, à bouger constamment de ville en ville et de pays en pays, je n’ai rien lâché même si cela supposait m’entrainer à l’ancienne comme Rocky Balboa. J’avais souvent la flemme, mais je gardais cette discipline et refusais de me laisser aller à la facilité. Et lorsque je vais à la salle, je veille à ce que mon entrainement soit le plus dur possible. Si je ne sors pas sur les genoux, c’est que je n’ai pas assez travaillé, c’est que j’ai été faible.

Pourquoi ?

Parce qu’il fallait que j’endurcisse mon esprit à travers l’inconfort, la souffrance et la douleur. La souffrance c’est ce qui te fera grandir. Si tu changes tes perspectives mentales et si au lieu de fuir la souffrance, tu l’acceptais dans ta vie comme une chose capable de te pousser plus loin, tu comprendrais qu’il n’y a pas plus grand moteurs de réussite. Lorsque tu souffres, tu as deux choix : te lamenter et te voir en victime ou alors te remettre en cause et trouver des solutions pour t’en sortir.
Si tu refuses la souffrance dans ta vie, si tu blâmes les autres au lieu d’accepter que tu sois responsable de ta vie, tu ne règleras jamais tes problèmes. Tu seras toujours une victime.
Regarde-toi en face et soit vrai même si ça te fait mal et demande toi si le problème en réalité ce n’est pas toi. Le seul moyen de vaincre ses problèmes intérieurs et extérieurs c’est d’en prendre l’entière responsabilité et de te dire OK maintenant comment je fais pour résoudre tout ça.
Si tu arrives à faire chaque jour quelque chose que tu détestes faire, tu atteindras la réussite.
Lorsque je m’explose à la salle de sport ou lorsque j’affronte mes peurs, je m’entraîne pour endurcir mon esprit, pour le rendre plus fort et apte à surmonter les prochaines épreuves de la vie. Je m’entraîne pour le jour où j’apprendrais le décès d’un proche. Je m’entraîne pour le jour où l’homme que j’aime m’aura quitté ou lorsque j’aurai de grosses difficultés financières. Peu importe l’épreuve que j’aurais à subir, je m’entraîne pour avoir la force de la surmonter. Le jour ou quelque chose de tragique me frappera à nouveau, je ne sombrerai pas. J’entraîne mon esprit, mon corps et ma foi pour qu’il ne fasse plus qu’un et pour gérer ce que la vie me réserve à moi et à mes proches.

Comme la plupart des gens, je rêve d’une vie facile sans souffrance, aussi simple que le blé qui pousse dans un champ en plein été, mais c’est une illusion. La vie, la VRAIE est faite de multiples épreuves, dont certaines te mettront plus bas que terre. Lorsque je me regardais dans la glace, je me promettais que peu importe la force de l’épreuve que la vie m’enverrait, tant que je respirais, je n’abandonnerais pas et je ne laisserai aucune épreuve éteindre ma lumière intérieure. Et la vie m’a testé de nombreuses fois, comme pour me dire : OK, nous verrons qui de nous deux est le plus fort !

Fais de la souffrance ta meilleure amie, ne la fuit pas, ne l’ignore pas parce que tout ce qui vaut la peine dans ce monde suppose de souffrir pour l’obtenir.

-Tu veux avoir un beau corps ? Il va falloir le sculpter durement et quotidiennement à la salle de sport tout en suivant un régime alimentaire particulier.
-Tu veux réaliser un rêve qui suppose d’investir de l’argent ? Il va falloir travailler chaque jour pour économiser de l’argent.
-Tu veux devenir médecin ou avocat ? Il va falloir faire des longues études studieuses pour obtenir ton diplôme.
-Tu rêves d’avoir une relation amoureuse épanouie ? Il va falloir travailler sur ton développement personnel et sur ton couple pour le faire évoluer.

Qu’importe le rêve qui te maintient éveillé jusqu’au petit matin, il suppose des sacrifices pour l’obtenir. À toi de te demander à quel point tu veux réaliser tes rêves ? À quel point tu veux améliorer ta vie ? À quel point tu refuses d’être une victime?

Si tu n’es pas prêt à souffrir, à faire des sacrifices et à prendre l’entière responsabilité de tes échecs, tu resteras une personne faible et les faibles ne deviennent jamais des vainqueurs.

Tiens bon ! Pendant que tu souffres, le fond peut être une excellente fondation pour construire une meilleure vie.

Fais de l’inconfort, une chose confortable dans ta vie !