Qu’est-ce que la souffrance psychologique ? La souffrance est l’absence de joie, de bonheur n’est-ce pas?

Il est impossible de souffrir émotionnellement et d’être heureux en même temps. Tout comme l’obscurité est l’absence de lumière, et la peur l’absence d’amour, la souffrance c’est l’absence de bonheur. Alors pourquoi souffre-t-on ? Il est facile de comprendre la souffrance lorsque nos vies sont menacées car notre instinct de survie nous pousse à avoir peur et la peur est sœur de la souffrance.

Mais, lorsque nous vivons dans un appartement Parisien ou autre, qu’on a de quoi se nourrir, se vêtir et qu’on est en sécurité physiquement, comment est-il possible de souffrir tout de même ? Comment est-il possible que nos états d’âme nous poussent à user de drogues médicamenteuses pour aller mieux ?

Si tu souffres c’est pour une ou plusieurs raisons suivantes :

-Tu n’écoutes pas ton cœur et tu mènes une vie qui ne te correspond pas en répondant à la pression sociale. Ex : Tu as peur de manquer d’argent, par conséquent tu occupes un travail que tu détestes mais qui te rassure sur ta rentrée d’argent quotidienne.

-Tu es trop attaché aux gens et tu as du mal à les laisser s’en aller. Ex : Tu souffres énormément lors d’une rupture amoureuse ou amicale. Tu as peur d’être seul. Tu refuses de laisser une personne que tu aimes s’éloigner de toi.

-Tu refuses d’accepter les lois fondamentales de la vie et tu luttes contre elles en vînt : Mort, maladie etc. Tu résistes face à la mort, la maladie de tes proches.

-Tu vis dans la peur de vivre. Ex : Tu t’empêches de prendre des risques de peur d’échouer, te tromper, te faire mal etc.

-Tu as trop d’attentes et tente de contrôler la vie et ton entourage. Ex : Tu n’acceptes pas les gens comme ils sont avec leur défauts et qualités et tu souhaites les changer pour qu’ils correspondant à ton idéal.

-Tu ne t’aimes pas assez et tu ne cesses de te comparer aux autres. Ex : Tu te compares à des célébrités aux physiques attrayants. Tu cherches l’amour à l’extérieur de toi.

-Tu es trop attaché aux possessions matérielles. Ex : Tu possèdes des biens matériels et tu as peur de les perdre. Tu refuses de donner par peur de ne pas avoir assez. 

Alors comment ne plus souffrir ?

Cela va peut-être t’étonner de lire mes propos mais la souffrance est une option. En effet, souffrir sur une longue période est un choix. En Occident, la croyance veut qu’un deuil se surmonte en plusieurs mois ou années, tout comme une rupture alors qu’en réalité cela ne dépend que de toi. Tu peux très bien faire le deuil d’un être cher en quelques jours et cela ne minimise en rien l’amour que tu portais au défunt. De même, tu peux te remettre d’une rupture amoureuse en quelques jours ou semaines.

Pour mieux comprendre ce qu’est la souffrance, il faut parler de son opposé à savoir la joie, le bonheur.

Qu’est-ce que le bonheur ?

On confond souvent bonheur et plaisir. Le plaisir est éphémère, c’est la satisfaction d’un besoin ou d’une envie. C’est manger un bon plat lorsqu’on a faim, c’est obtenir de l’affection physique lorsqu’on est en manque, c’est acheter un bel objet etc. Une fois le plaisir assouvi, nous sommes repus un temps.

La société actuelle participe à de nombreux amalgames, en mélangeant possession, acquisition, succès financier et félicité intérieure. Elle nous fait croire que si on gagne beaucoup d’argent, si on a un super job, qu’on s’élève socialement ou qu’on trouve l’amour on sera vraiment heureux, on atteindra le bonheur suprême. Pourtant, à travers mes observations sociales j’ai remarqué que de nombreuses personnes fortunées n’étaient pas heureuses, de même certains couples qui vivaient un bel amour ne l’était pas non plus vraiment.

J’ai constaté que ceux qui avaient tout ce qu’on peut espérer dans la vie pour être heureux : l’amour, l’argent, la santé, la famille et même les amis n’étaient pas plus heureux que les personnes dépourvues de tout. Comment est-ce possible ?

Tandis que d’autres, qui ne possédaient rien d’un point de vue matériel, qui n’avaient pas l’amour ni la santé semblaient plus heureux. Il y a des gens dans ce monde qui rayonne comme un soleil en pleine nuit quoiqu’il arrive. Je me suis ensuite demandé à quels moments de ma vie j’ai été la plus heureuse. Ai-je été vraiment heureuse lorsque je m’achetais des chaussures de luxe ? Ou lorsque j’occupais un job intéressant?

J’ai réalisé que j’étais vraiment heureuse lorsque je suivais mon cœur en voyageant autour du monde, ou bien en aidant les autres, en faisant découvrir le monde à mon neveu, en partageant des moments forts avec ceux que j’aime. J’étais vraiment heureuse lorsque je donnais aux autres une partie de moi, de mon temps, de mon savoir ou lorsque je découvrais le monde et sa beauté.

C’est ainsi que j’ai compris que le bonheur n’est pas une acquisition et qu’il ne vient pas de l’extérieur mais qu’il est en nous. Lorsque nous sommes alignés avec notre être profond, naturellement nous allons vers les choses qui nous rendant réellement heureux. Et en faisant ce qui nous rend heureux, on trouve la paix intérieure.

Le bonheur est un état d’esprit

Le bonheur est un état d’esprit qui n’a absolument rien à voir avec une personne extérieure, un bien matériel ou une expérience vécue. On ne devient pas fondamentalement heureux sur le long terme en acquérant des biens matériels, en fondant une famille, en tombant amoureux etc. Si tu n’es pas en accord avec ton moi intérieur, rien ni personne ne pourra réellement te satisfaire.

Si tu veux vraiment atteindre la félicité intérieure, et réussir à être heureux en toutes circonstances même lorsque le chaos règne autour de toi, tu devrais changer ta vision du monde, guérir tes blessures intérieures, apprendre à lâcher prise et accepter la vie telle qu’elle est. Et si tu doutes que cela soit possible, sache que j’en suis un exemple vivant.

Ce qui crée ta souffrance, c’est ta rigidité, ton refus d’accepter les évènements difficiles de la vie, ta résistance au changement, tes attentes irréalistes, ton besoin de contrôle, ta peur, ton manque d’amour pour toi etc.

Tout comme le bonheur, la souffrance est un état d’esprit. Tu as le choix de choisir l’un ou l’autre.

Aujourd’hui, tu possèdes absolument tous les moyens possibles et inimaginables pour t’accompagner dans ta quête du bonheur : Psychologues, coach de vie, livres de développement personnel, séminaire et stage etc. Mais, encore faut-il le vouloir.

Il est plus facile de rejeter la faute sur les autres et de se positionner en victime que de comprendre que tu es le SEUL responsable de ta vie et de ton bien-être. Tu peux te libérer de la souffrance si c’est ce que tu souhaites vraiment.  

 

Le bonheur est parfois une bénédiction, mais le plus souvent c’est une conquête.

Paulo Coelho