Comment trouver la complétude et ne plus souffrir du manque ?

C’est l’un des plus grands challenges humains, que de ne plus souffrir de la solitude, du manque de quelqu’un ou de quelque chose. De ce fameux vide à l’intérieur ne soi. Est-ce seulement possible ? L’Homme est un animal social. Il a besoin des autres pour son propre bien-être alors comment ne plus souffrir du manque d’un besoin vital non assouvi ?

D’ailleurs la plupart des gens, se mettent en couple pour ne plus être seul et se faire aimer d’un autre qui n’est pas soi-même puisqu’ils n’y arrivent pas eux-mêmes. C’est comme si en étant aimé d’un autre que soi, on obtenait enfin le droit d’exister tel que nous sommes. On croit souvent à tort, que ce sont des causes extérieures qui pourront nous rendre heureux. Alors on remet son propre bonheur, entre les mains des autres et on attend d’eux qu’ils nous rendent heureux.

La société capitaliste dans laquelle on vit, nous fait croire que le bonheur se trouve à l’extérieur de soi, à travers un couple, une famille, l’acquisition de biens matériels et les plaisirs éphémères divers. Rien n’est plus faux. Tout ce qui vient de l’extérieur est éphémère et impermanent. On passe sa vie tournée vers l’extérieur, connecté vers le monde extérieur au lieu d’entrer en soi et d’aller découvrir son monde intérieur, là où se trouve toutes les réponses.

Guérir son ego à travers son enfant intérieur.

 Un homme demande au sage, « Je veux le Bonheur ». Le Sage répond : « Enlève-le je, c’est l’ego ! Enlève-le veux, c’est le désir ! Que te reste-t-il ? Le Bonheur ! » 

L’ego, la projection mentale qu’on a de soi-même est le siège des mémoires traumatiques. Ton ego, c’est construit tout autour de tes expériences de vie, bonnes et mauvaises. Si tu as souffert d’un manque d’amour durant ton enfance, tu peux être certain que tu portes en toi des carences affectives importantes. Ton besoin d’être aimé sera viscéral.

Si tu as été maltraité durant l’enfance psychologiquement et/ou physiquement, ton ego sera extrêmement exigeant et méfiant vis-à-vis des autres. Il attendra beaucoup de son entourage extérieur au risque d’être déçu si ses attentes ne sont pas assouvies. Il aura peur d’être à nouveau maltraité par quelqu’un.

Tu vas grandir sans connaître réellement le sentiment d’être aimé, respecté et protégé. Et il y a de forte chance, pour que ta vision de l’amour soit déformée par tes expériences négatives.

Ainsi, tant que tu vivras sous la tyrannie de ton ego, tu seras constamment en SOUFFRANCE. L’ego c’est l’enfant terrible, le moi traumatique qui ne sait pas raisonner de manière rationnelle. Il est tout émotionnel. C’est au sein même de ton ego que se cache ton enfant intérieur, ou plutôt tes mémoires traumatiques liées à ton enfance. C’est comme des plaies qui ne se sont jamais cicatrisées et que tu traînes sur ton dos comme un boulet pesant des tonnes. Ainsi, tu vas vivre le restant de ta vie dans la crainte consciente ou inconsciente que tes traumatismes d’enfant ne se reproduisent dans ta vie.

Exemple : si tu portes la blessure de l’abandon en toi. Tant qu’elle n’est pas guérie. Tu auras constamment peur que ceux que tu aimes t’abandonnent et tu vas adopter un mécanisme de défense en portant le masque du dépendant. Autrement dit, tu seras dépendant affectif.

Tout comme ton mental, ton ego sera ta prison intérieure. Il est le : Je ne peux pas. Je n’y arriverais pas. Personne ne m’aime. Je ne suis pas assez bien. J’ai peur. J’ai mal. Etc.

Il n’y a aucune place à l’amour au sein de ton ego et de ton mental. Ton ego te fait croire que tu es seul en ce bas monde et que tu es séparé des autres et de l’Univers. Il t’emprisonne dans une prison de peurs, de craintes, de croyances limitantes et d’expériences négatives que ton mental se chargera de nourrir chaque jour en faisant tourner le même vieux disque rayé année après année.

À travers le filtre de l’ego, le monde est sombre et rempli de périls en tous genres. La vie n’est pas un terrain de jeux amusant mais un champ de mines.

Par chance, l’individu ne se résume pas à un mental et à un ego. Il porte en lui une part divine, qu’on appelle l’âme, également nommé dans le langage courant : le cœur.

Apprendre à s’aimer inconditionnellement.

L’une des premières étapes, pour se connecter à la part du divin, présente en chacun de nous, c’est d’apprendre à s’aimer soi de manière inconditionnelle.

L’amour inconditionnel suppose de s’aimer sans condition. C’est accepter notre imperfection et l’entourer d’amour. La majorité des êtres humains qui composent cette terre, ne s’aiment pas. Ils se détestent. Vides de cet amour, ils vont désespérément le rechercher à l’extérieur d’eux à travers des relations amoureuses, une famille, des amis etc. C’est de cette façon, qu’ils obtiennent un semblant de validation de leur être. Si on m’aime, si on m’admire, c’est que je suis quelqu’un de bien ou que je le mérite. Sans s’en rendre compte, ils deviennent prisonniers du regard des autres.

Beaucoup sont dans le déni et pensent s’aimer réellement. Mais, un simple observateur extérieur avisé est capable de mesurer à quel point tel ou tel individu se déteste. Il suffit d’écouter le langage intérieur d’une personne. Est-elle toujours en train de s’insulter, se dénigrer, se rabaisser ? D’observer sa manière de prendre soin d’elle, sa manière de manger, de s’occuper d’elle etc. Une personne qui ne s’aime pas, prendra rarement soin d’elle. Je ne parle pas de maquillage et de tenue vestimentaire, puisque l’apparence physique est tournée vers l’extérieur et non l’intérieur. Ici, il est question de prendre soin de soi, comme on le ferait d’un bébé fragile qu’on veut entourer d’amour et sécurisé pour qu’il puisse évoluer et grandir dans un environnement sain et heureux.

L’amour inconditionnel, c’est également faire preuve d’indulgence avec soi. Accepter ses limites, ses failles, ses imperfections et faire le nécessaire pour passer au-dessus. C’est également, savoir se pardonner ses manquements et ses échecs. C’est apprendre à s’éloigner de toute situation et personne capable de nous faire du mal.

C’est refuser de laisser la noirceur des autres, nous impacter et nous rabaisser à un niveau d’amour inférieur à celui dont vibre notre cœur. Lorsque tu seras dans l’amour inconditionnel, tu refuseras de subir les situations, et/ou personnes qui te font mal et qui te font perdre ta lumière intérieure.

Tu trouveras le moyen avec une aide thérapeutique extérieure si nécessaire de t’en extraire par tous les moyens et tu mettras fin aux schémas négatifs et dysfonctionnels qui t’empêchent d’avancer dans ta vie. C’est seulement lorsque tu ressentiras de l’amour inconditionnel, que ton âme sortira de sa cachette et brillera de mille feux pour reprendre sa place légitime au sein de ton être.

 Se connecter à son âme, le chemin de l’unicité.

On peut passer sa vie à étudier le développement personnel, la psychologie humaine et passer 5 ans dans le cabinet du meilleur psychologue du monde sans jamais atteindre l’unicité de l’être, si on n’a pas compris l’essentiel. On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour l’ego.

L’âme est notre part divine sur terre. Elle sait exactement qui tu es et le pourquoi de ton incarnation sur terre. Elle sait comment te rendre heureux et atteindre la sérénité intérieure dénuée de toute souffrance. Elle ne connaît pas la peur, car elle ne vibre que l’amour et la compassion. 

Malheureusement, la majorité des gens ne s’identifient qu’à leur égo et à leur mental. Ils n’expérimentent que brièvement cette connexion avec leur âme (leur cœur) lors d’un voyage, d’une relation physique avec une personne que l’on aime ou de la naissance d’un enfant etc. Ils retournent rapidement à ce qu’ils connaissent le mieux, la prison du mental régie par l’ego.

Une fois connecté de manière permanente à son âme, il est très facile de la distinguer de l’ego. Elle permet l’alignement de l’être. Tes pensées sont alignées avec ce que tu ressens et ce que tu fais. Tu es dans l’unité. Tu n’es ni dans le futur, ni dans le passé. Tu vis le présent. Tu incarnes l’instant présent entièrement. Tu n’as plus aucune attente concernant les autres ou même concernant la vie. Tu as lâché prise sur toi et sur la vie.  Tu acceptes ta vie telle qu’elle est en travaillant paisiblement à changer ce qui doit changer, pour ton évolution personnelle. Tu n’as plus besoin de t’adapter aux autres pour leur plaire, puisque tu sais qui tu es et que tu t’assumes.  Tu n’as plus besoin de rechercher déséspéremment l’amour des autres, puisque tu es amour. Contrairement à ton ego et ton mental qui sont limités et t’enferment au sein d’une prison à quatre murs, ton âme ne connaît aucune limite. Elle est infinie. Ton âme est la seule en mesure de supprimer le vide présent en toi, puisqu’elle te relie à l’ensemble de l’Univers. De cette façon, tu vibres constamment l’amour et non plus la peur.

Si les gens ne sont pas heureux, c’est qu’ils s’imaginent que le bonheur se trouve dans les possessions matérielles. 

Le bonheur n’est pas de l’ordre de l’avoir, mais de l’être.

Si nous ne pouvons trouver le bonheur en nous-mêmes, il est inutile de le chercher ailleurs.

Un bonheur qui dépend des circonstances extérieures n’a rien à voir avec le véritable bonheur.

Avoir une raison extérieure d’être heureux est un signe que votre bonheur sera peut-être de courte durée.

Les gens les plus heureux ne sont pas nécessairement ceux qui ont le meilleur de chaque chose, mais ceux qui profitent simplement de ce qu’ils ont.

Il suffit de très peu de biens matériels pour être heureux, à condition d’orienter ses activités quotidiennes vers un idéal qui nous dépasse.

Auteur anonyme